Né en 1991 à Orléans, France
Vit et travaille à Nantes Depuis plusieurs années la pratique de Igor Porte converge vers des espaces que l’on peut catégoriser comme des lieux « entre-temps », en jachère.
C’est en parcourant des espaces en friche, des usines désaffectées et dépourvues de toutes leurs fonctions, qu’il a commencé par développer de profonds intérêts à extraire, récolter, et collecter des objets libérés de leur usage. Dans cette urbanité, Igor Porte sollicite et active ces petits riens qui nous entourent, comme un instrument qui résonne dans l’espace. Il tente de réagir aux rencontres avec les microcosmes anecdotiques de la ville, en captant ce qui pouvait exprimer les sensations qu’il a pu éprouver.
Les fragments dont il s’empare basculent à la fois entre une histoire évanouie, une poétique liée à l’expérience, et un potentiel futur. Ils soutiennent un désir de subsistance comme une note de musique porte la suivante. Au travers d’installations et de dispositifs, il nous propose une approche poétique dans laquelle les imperfections et l’usure deviennent des atouts pour transformer et détourner cette matière première. Igor Porte manipule le potentiel physique et sonore de ces fragments pour les réactualiser et les rendre communicatifs. C’est donc au travers de l’usage du son et d’éléments mécaniques qu’il parvient à réanimer ces fragments d’objets. Igor Porte les apprivoise pour leur offrir un semblant de vie. Il trouve des moyens pour que ces corps s’articulent, et déploient leurs champs sonores, un rythme propre à chaque objets. En tentant de les rendre actifs, certains objets hybrides s’engagent dans leur mouvement, sur le chemin d’une rencontre fortuite, et d’autres sont saisis comme des instruments de musiques. De toute cette effervescence émane un paysage sonore composé et orchestré par des objets et des structures mouvantes.